Agriculture biologique

Depuis les années 1920/1930, des courants de réflexion sur une agriculture respectueuse de l’environnement existent en Europe. En France, les premiers cahiers des charges sur l’agriculture biologique (AB) apparaissent en 1972. La création du premier cahier des charges français unifié date de 1991 et la création du premier cahier des charges européens de 2009.

Le grand principe[1] de l’AB est de respecter le lien sol/plante/animal en interdisant l’utilisation d’intrants d’origine non naturelle (pesticides, engrais chimiques, OGM). Les produits phytosanitaires d’origine naturelle et les métaux sont, quant à eux, autorisés. Ce principe oblige donc à revoir l’ensemble du système de l’exploitation pour maîtriser le salissement des cultures et améliorer le bien-être animal entre autres.

L’objectif principal est de garantir une production qui soit respectueuse de l’environnement tout en rémunérant suffisamment les producteurs. La non utilisation de produits chimiques a également pour but de préserver la santé du producteur et de garantir des produits plus sains pour le consommateur. L’autre objectif de ce type d’agriculture est de pousser le producteur à être le plus autonome possible en réduisant au maximum ses charges opérationnelles.

Pour être considéré agriculteur « bio »[2], une période de conversion de 2 ans minimum est nécessaire durant laquelle l’agriculteur doit respecter le cahier des charges sans pouvoir valoriser ses produits en AB.

Aujourd’hui, un cahier des charges européen est en vigueur. Des contrôles annuels, réalisés par des organismes de certifications indépendants, garantissent la labellisation de chacun des producteurs et opérateurs de la filière. Certains opérateurs économiques peuvent aller plus loin en imposant que l’origine des intrants soit d’origine française ou régionale.

Une initiative se démarque dans le paysage du bio : Nature & Progrès[3]. C’est une association de consommateurs et de professionnels unis par l’ambition de défendre une agriculture biologique :

  • respectueuse des Hommes, des animaux, des plantes et de la planète.
  • biodiversifiée capable de satisfaire le plaisir des saveurs et de garantir la santé.
  • qui préserve le tissu rural et le métier de paysan en le revalorisant.
  • qui soutient les savoir-faire et les semences paysannes.
  • éthique et rigoureuse, sans complaisance avec l’économie de marché.

Source :« Manger une entreprise agricole durable » Editions France Agricole, février 2019

Livre accessible sur le site de la France Agricole, suivez ce lien.


[1] http://www.agencebio.org/quest-ce-que-la-bio

[2] http://agriculture.gouv.fr/lagriculture-biologique-1

[3] http://www.natureetprogres.org/nature_et_progres/natureetprogres.html